LINCOLN : Mort pour ses idées…

Lincoln, le nouveau chef-d’œuvre de Mr Steven Spielberg. Un grand homme politique, un grand réalisateur, un grand pays déchiré par la Guerre de Sécession. Tout y est. Ca doit marcher et ça marche. Tant auprès du public que des professionnels du cinéma : pas moins de 12 nominations aux Oscars !

Daniel Day Lewis reste exceptionnel mais je soulignerais davantage la performance de Tommy Lee Jones.

Je lis partout que c’est un biopic. Ca n’est pas un biopic ! Il ne suffit pas de donner pour titre le nom d’une personnalité à un film, pour que ça soit une bio. Le réalisateur a préféré évoquer les quelques mois qui précédent son assassinat, le 15 avril 1865. Il s’est inspiré du livre de Doris Keans Goddwin, Teams Rivals.

L’accent est mis sur les responsabilités qui pèsent sur les épaules de ce président à une époque où l’Amérique parle d’Union Confédérée. Cette Amérique là, est loin de celle que nous connaissons. C’est un film sur la constitution américaine, une leçon de droit de 150 minutes. Comment un homme décide de ne pas s’assoupir sur sa belle popularité pour débarrasser son pays de cette horreur qu’est l’esclavage. Il entre en guerre. Sa guerre qui lui coûtera la vie.

Une réplique du film à garder en mémoire : « Paradoxe. Voilà comment le 13ème amendement est passé, par corruption et par l’homme le plus intègre du pays ». En effet, ce long métrage rappelle les conditions dans lesquelles la vente d’être humains a pris fin. Savoir mettre un mouchoir bien épais sur sa morale et ses principes pour transformer une situation nausée abonde.

Alors, peut-être que c’est un chouia trop long, qu’il ne faut surtout pas y aller après le gigot de bonne maman, qu’il faut avoir envie d’un léger effort intellectuel, mais ça le  mérite.

Ça faisait bien longtemps que Spielberg ne m’avait pas permis de me poser deux/trois questions… Rien que pour ça : bravo !

Entre La fabuleux Django Unchained et Lincoln, l’esclavage et cette période de l’histoire titillent le cinéma made in US… Et si Obama était blanc…

YJ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *