DJAMEL KHATTAB : L’AMI PUBLIC « TV » NUMERO 1 !

Djamel Khattab travaille dans l’ombre des plateaux télé. Il est celui qui rythme les programmes par un flux  de public constant. La Ruche Média a tenu à s’intéresser a ce métier parfois méconnu du grand public, pourtant utile à tant de diffuseurs et producteurs. Une émission avec un public riche et représentatif du téléspectateur est le signe d’une bonne santé financière… ou du moins budgétaire.

Coulisse :

 

Comment avez-vous démarré dans ce métier ?

J’avais assisté à quelques émissions TV et ça m’a donné envie de travailler dans ce milieu. Je n’ai jamais eu le désir d’aller travailler tous les jours dans un bureau. J’avais besoin d’un boulot qui soit « fun », qui soit tous les jours un peu différent et j’avais surtout besoin d’être en contact permanent avec « les gens ».
Mes premiers pas ont pris la forme d’un stage durant mes études, dans une agence de public et ensuite une autre agence m’a proposé de rester.

Quelles sont les demandes récurrentes des producteurs ?

Ils veulent un public intéressé ! En effet, on n’aura pas le même public sur « Zemmour et Naulleau » (émission politique sur Paris Première/ndlr) et sur « Dance Street » (émission de danse hip-hop) . Il nous faut un public qui corresponde à la cible et aux téléspectateurs !

Avez-vous la liberté de proposer tel ou tel profil de figurants ?

Nous sommes prestataires de service pour les sociétés de production. Nous déchargeons donc le client de la tâche de trouver le public et de le gérer sur place. Cependant, notre travail correspond à une commande bien précise de la production : nombre de personnes + âge selon l’émission = une forme de cohérence. On ne va pas mettre des enfants sur une émission politique par exemple…

djamel Khattab public

Y a-t-il un type de public ?

Il n’y a pas de profil type. Le public est différent selon l’émission. Une émission sur NRJ12 qui vise un public plutot jeune fera venir un public jeune. Une émission familiale comme « Vivement Dimanche » fera venir un public de tout âge.

Quel est votre regard sur les émissions sans public ?

Une émission sans public manque de vie pour moi… Le public tient une part importante dans l’ambiance générale d’une émission. Il lui donne du rythme ! Il est le complice de l’animateur lors de ses lancements et accompagne les happenings. En ce moment, par exemple, je fais chauffeur de salle sur l’émission « Le Mag » (NRJ12) dans laquelle il n’y avait pas de public auparavant et je trouve que l’émission a réellement  gagné en dynamisme ! Le format « sans public » pour moi ne devrait s’adapter qu’à des émissions qui lance des magnétos ou à des émissions de classements.

djamel public 2

Est-ce surtout une question de moyens de production ou un choix éditorial ?

Les deux aspects rentrent en compte. Avoir du public sur une émission coûte évidemment de l’argent à la production. Il peut aussi engendrer quelques « tracas » ! En effet, selon les heures et les jours de tournage, il est parfois difficile de trouver du public disponible, mais si le plateau a été conçu de manière à recevoir du public, il en faut absolument ou il faut revoir les plans de caméra qui etaient prévus. Ce genre de problème ne se pose plus lorsque l’on a pas de public. Ca peut-être également un choix éditorial. Un invité ne réagira pas de la même manière qu’il soit en public ou pas… On peut également demander l’avis du public, le faire jouer etc… Il ne peut qu’enrichir une émission à défaut de lui coûter de l’argent…

Que regardez-vous à la télévision en ce moment ?

Je regarde peu la télé en ce moment mais j’aime bien regarder « Touche Pas à Mon Poste« . Je trouve Cyril Hanouna excellent et il me fait beaucoup rire ! Ca me permet aussi de voir tout ce que j’ai raté !

Yasmina Jaafar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *