ANAIS MAQUINE-DENECKER SIGNE UNE SATIRE SUR LA TELEVISION : QUAND L’EXPERIENCE PARLE…

« Pour quelques minutes de célébrité » (Anne Carrière) est le premier roman de la productrice et journaliste Anaïs Maquiné-Denesker. Elle est aussi la fondatrice du blog sur les coulisses de la télévision : Julia Inside TV. La Ruche Média TV vous propose de découvrir Julie et l’arrière-décor du petit écran.

ITW SELFIE :

ENTRETIEN :

Julia Inside TV est votre blog. De quoi s’agit-il exactement ?

C’est un site satyrique sur le monde de la télévision. Julia est le nom d’un personnage, une jeune journaliste, qui raconte son quotidien dans les coulisses du petit écran. Chaque épisode décrit avec humour et cynisme les secrets de fabrication des émissions en fonction de leur genre : News, jeux d’aventure, investigation, téléréalité, talk-show…

L’idée du roman est la suite logique des aventures de Julia ?

Le roman est né avant le blog, je l’ai terminé il y a un an. Il est le résultat de 17 ans d’observation au cœur des rédactions de télévision. Quand j’ai créé le personnage de Julia, je m’y suis attachée et j’ai eu envie de poursuivre ses aventures on line. Je continue à travailler à la télévision, j’ai donc encore beaucoup de choses à raconter.

Quel est votre parcours dans les médias ?

Après avoir fait de la radio sur une régionale de Radio France, j’ai écrit pour la presse féminine, j’étais notamment chef du service beauté du magazine Jeune et Jolie. Puis, au début des années 2 000 je suis entrée à la télévision. J’ai débuté en tant que casteuse pour l’émission de TF1 « Y’a pas Photo », j’ai ensuite été journaliste pour « Vie Privée-Vie Publique », « Zone Interdite », « Ca Me Révolte »… J’ai ensuite travaillé 7 ans chez TF1, notament pour l’émission « Sans Aucun Doute ». J’ai été rédactrice en chef adjointe de l’émission culte « Confessions Intimes » puis rédactrice en chef de la matinale de TF1 « 10H le Mag ». J’ai alors rejoint l’équipe de Kitchen Factory et créé avec elle le concept de l’émission « MIAM » pour M6. J’ai ensuite pris la direction de l’émission « E=M6 » pendant 5 ans et j’ai créé « L’Histoire au Quotidien ».

« Autant désillusionnée que fait rêver« … avez-vous le même constat que votre narratrice sur le monde cathodique ?

couv anais maquiné denecker1

 

Oui ! La télévision, j’adore la détester. C’est magique de pouvoir fabriquer des programmes, de produire des images témoins de notre société contemporaines. En travaillant à la télévision, j’ai rencontré des personnalités (artistes, chercheurs, hommes politique…) avec qui j’ai partagé des moments privilégiés. J’ai aussi interviewé des anonymes qui ont accepté de me faire entrer dans leur intimité. Je suis devenue un caméléon, capable de me fondre dans une soirée de la Jet Set comme dans un bal populaire au fin fond de la creuse. La carte de presse est un passeport pour tous les mondes. Mais, être journaliste est aussi une lourde responsabilité. Les gens qui travaillent à la télévision, vivent dans leur microcosme et sont parfois déconnectés de la réalité. Entre les idées préconçues des uns, les caprices de divas des autres, les petits arrangements avec la réalité du terrain et la pression des annonceurs, difficile de toujours observer la déontologie journalistique.

« Tu seras grillée à la télé« … Une phrase voire une injonction de votre entourage. Maintenant que le roman existe, avez-vous eu des pressions ou des retours négatifs ?

Pour Quelques Minutes de Célébrité est un roman, pourtant, beaucoup de mes anciens collaborateurs craignent de se reconnaître… Je me suis certes inspirée de mon quotidien à leur côté, mais j’ai fait un tel mélange de personnages et de situations, que je mets au défi quiconque de relier les anecdotes à une seule et même personne existante ! La télévision est un milieu assez fermé qui n’aime pas qu’on lève le voile sur son fonctionnement. En effet certains de mes contrats se sont arrêtés et je le déplore. Mais Julia m’a surtout ouvert de nombreuses portes. La majorité de mes anciens collègues apprécient ma démarche et j’ai reçu des offres de chroniques de la part de plusieurs médias. Je fais un billet bimensuel dans Télé 2 Semaines et une chronique médias dans l’émission d’Isabelle Brès « Sud Radio et Vous ». Ma démarche est avant tout de partager mes expériences en dévoilant l’envers du décor d’un monde qui attise les curiosités. Je me suis inspirée de mes 17 années à travailler dans cet univers pour construire une pure fiction qui a vocation à divertir. Et vu les premiers retours des lecteurs, le pari semble réussi !

Julia dit clairement les choses concernant le statut des intermittents du spectacle. Selon vous, ce régime est-il utilisé abusivement par les productions ?

anais maquiné denecker

Lorsque j’ai évoqué ce système de rémunération, je n’avais pas pour objectif de devenir un défenseur du droit du travail dans l’audiovisuel. Je voulais juste démontrer que, parce que les places sont chères dans ce milieu très prisé, les employeurs n’hésitent pas à exploiter tous les filons pour réduire leurs coûts. Cela crée des situations ubuesques, dont j’ai préféré sourire, comme des faux intermittents du spectacle, qui font en fait un plein temps déguisé et passent deux mois au Club Med chaque été au frais du contribuable ! Ou encore, des stagiaires qui ne seront jamais titularisés mais qui croulent sous les responsabilités et font des bêtises plus grosses qu’eux !

Pensez-vous qu’il y ait une télévision qui pense et une télévision qui provoque, comme celle que vous décrivez à travers les mésaventures de votre héroïne ?

Je pense surtout que la trash TV, n’est pas forcément celle que l’on croit. Quand je travaillais pour Confessions Intimes, tout le monde me disait « Mais où allez-vous chercher vos témoins ? Ce sont des acteurs ?! » Pourtant non ! Dans les émissions testimoniales tout repose sur la force du casting, nous cherchions des personnes extravagantes et mettions des mois à les trouver ! Mais il ne faut pas se mentir, le cahier des charges est le même sur toutes les émissions aujourd’hui, que vous travaillez pour « Enquête Exclusive» ou « Tellement vrai ». La priorité est de trouver un bon client télégénique pour faire de l’audience, c’est pourquoi les témoins sont souvent caricaturaux. Et l’audience c’est malgré tout ce qui fait tourner et vivre la TV !

Quel est le message de votre livre ?

Le premier but de mon livre est de divertir mes lecteurs. De leur offrir un pass d’accès aux coulisses de leurs émissions préférées. A mes confrères le livre peut les amener à s’interroger : «  Pour quelques minutes de célébrité, dois-je accepter de perdre parfois mon éducation, mes principes, mes idéaux » Et le message à retenir pour les téléspectateurs c’est « Ne prenez pas tout ce que vous voyez à la télévision pour argent comptant… » Les programmes sont tellement formatés qu’il faut savoir garder son esprit critique.

Vos projets en tant que productrice ?

Je travaille sur des projets de fiction, une série télé et une pièce de théâtre, qui sont signées pour 2016.

Yasmina Jaafar

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *