FREDERIQUE BEDOS APPORTE SON REGARD SUR LA JOURNEE DE LA FEMME : « Il est urgent d’être très volontaire et proactif afin de faire bouger les lignes. »

Frédérique Bedos aime le contenu qui traduit un engagement. Avec « Projet Imagine », une ONG d’informations, elle développe des programmes audiovisuels qui poussent à l’action et à la réflexion. Demain soir, 5 mars, LCP diffuse le documentaire « Des femmes et des hommes », tour du monde de la condition des femmes. Est-ce que le 8 mars a encore une signification ? C’est que nous avons voulu savoir.

Réponse :

Nicole Ameline du CEDAW-ONU dit dans votre documentaire  « Les femmes ont longtemps ont été des objets de droit et pas des sujets de droit ». Selon-vous y a-t-il une évolution positive ?

Nicole Ameline fait ici une allusion historique. Pendant longtemps les femmes n’étaient en effet pas considérées comme des êtres humains à part entière… Dans la plupart des pays développés, la législation a évolué positivement dans ce sens. Cependant entre évolution légale et évolution sociétale, il y a un temps de latence. Le temps que la mentalité des gens évolue. Il reste très compliqué pour certaines femmes de faire valoir leurs droits car cela peut tout simplement les marginaliser dans leur entourage… Aussi, il faut considérer ce temps de latence qui lentement permet aux femmes d’accéder pleinement à leurs droits. C’est une chose d’avoir des droits, c’en est une autre de pouvoir les exercer. Bien entendu, les situations varient selon les pays. Il faut savoir que dans certains endroits du globe, les femmes voient leurs droits reculer ! En ce moment même ! La vigilance reste donc de mise.

Le pouvoir peut-il se conjuguer au féminin en politique ?

Oui ! Il le peut. Il y a plusieurs exemples qui ne datent pas d’hier.

fred bedos

Ce qui est particulièrement troublant, c’est de constater que ce sont parfois des pays qui réservent un sort terrible aux femmes, qui leur ont donné l’accès au pouvoir politique bien avant nous. Ainsi, le Pakistan ou encore l’Inde sont des pays où des femmes ont exercé la fonction suprême. Voici un paradoxe qui devrait nous faire réfléchir, nous français qui n’avons encore jamais élu de femme président !

Pire encore, chez nous, en France, de nos jours, il n’est pas rare que les femmes soient humiliées, sifflées, insultées de façon inadmissible à l’Assemblée Nationale !

Les Journées de la femme se suivent mais 24h là permettent-elles une réelle prise de conscience de la part des hommes ? Ou est-ce devenu un cliché annuel attendu ?

D’une certaine façon, tous les jours de l’année devraient être Journée de la femme de même que Journée de l’homme : nous partageons toute l’année les jours de notre humanité. Mais, c’est toujours mieux que rien. Cette journée permet de faire le point. Nous avons un rendez-vous dans l’année pour concentrer l’attention, mettre le focus sur la situation des femmes. A nous de nous emparer de cette journée et de faire en sorte qu’elle ne soit pas un cliché mais au contraire, une journée utile.

Après ce voyage autour du monde de 52 min, on s’aperçoit que les conditions de la femme française sont très différentes des autres femmes de certains pays aux mœurs archaïques et « aux traditions misogynes ». Peut-on hiérarchiser les douleurs et les urgences ?

aff des hommes et des femmes

Effectivement, je pars de la France, puis l’Europe, pour élargir au monde entier. Il me semble qu’il y a un crescendo dans la gravité des situations que les femmes doivent affronter. Pour autant, il faut constater qu’avec tous les mouvements migratoires, il devient de plus en plus difficile de cartographier les urgences, les douleurs et les souffrances. Prenons l’exemple de la circoncision. Du fait des vagues de migration, la circoncision, bien qu’illégale, a lieu sur le sol français. C’est un bien triste constat. A contrario, les femmes immigrées qui ont accès en France à des informations médicales précises, lorsqu’elles retournent dans leurs villages pour rendre visite à leurs familles, leurs proches, sont capables de les informer et de les convaincre de ne plus pratiquer cette mutilation sur leurs filles. C’est bien plus efficace que n’importe quelle campagne d’information aussi onéreuse soit-elle.

Faites-vous une différence entre le terme « Parité » et « Egalité » ?

Oui ! Nous recherchons l’égalité de droit et de traitement. La parité est un outil qui doit nous permettre de favoriser cette égalité. L’égalité devrait évidemment être naturelle mais force est de constater que ça n’est pas le cas. Or, les situations d’inégalités, si on ne fait rien, tendent à se reproduire sur elles-mêmes. Certaines femmes se sentent humiliées face à ces outils qui leur donne le sentiment de les favoriser de façon artificielle…Mais il faut surtout voir dans la parité un outil temporaire : la parité permet d’avoir une action à un instant « t » : le temps de rétablir un certain équilibre. Il est urgent d’être très volontaire et proactif afin de faire bouger les lignes.

Votre définition du féminisme ?

Dans le documentaire, l’activiste égyptienne, Marwa SHARAFELDIN donne sa définition du féminisme : « tout faire pour que les femmes puissent être traitées comme des être humains à part entière ». Au vu de cette définition, nous pouvons tous être féministes, homme comme femme, et cela me convient bien !

Le féminisme n’est pas un champ réservé aux seules femmes mais devrait être investi tout autant par les hommes que par les femmes parce que c’est une question d’humanité. A mon sens, un homme digne de ce nom est forcément féministe !

Qu’est-ce que « Le Projet Imagine » ?

Le Projet Imagine est une ONG d’information dont le but est d’inspirer pour agir. Les films du Projet Imagine ont tous en commun une ligne éditoriale originale qui consiste à faire du « Journalisme avec Espérance ». Ainsi, le défi du film DES FEMMES ET DES HOMMES consistait à regarder les problèmes bien en face et à dénoncer l’indéfendable tout en gardant –toujours- un regard respectueux et bienveillant.

Le but de ce film, loin d’attiser la guerre des sexes, est véritablement de faire prendre conscience de l’universalité de ce sujet et faire en sorte qu’hommes et femmes du monde entier décident de bâtir cette égalité.

Quels sont vos prochains projets ?

Je mets la dernière touche à un autre long métrage, toujours produit dans le cadre du Projet Imagine. Il s’agit du portrait d’un homme extraordinaire, un peu le « Mère Thérésa d’aujourd’hui » : Jean Vanier, le fondateur de l’Arche. Cet homme a fait évoluer les mentalités sur la question du handicap mental et cela dans le monde entier.

Je travaille également au portrait d’un grand chirurgien indien, sorte de Robin des bois moderne. Il a mis au point une structure hospitalière qui lui permet d’effectuer des opérations à cœur ouvert pour des milliers d’indiens, surtout des enfants, qui normalement ne pourraient pas se payer ses soins. Il fait uniquement payer les riches… Il a déjà sauvé des dizaines de milliers de vies. Enfin, je travaille également au portrait d’un autre « Héros Imagine », qui œuvre pour la sauvegarde des espèces animales en voie de disparition et cela dans le monde entier. L’originalité de son action réside dans le fait que ce héros a vite compris que le meilleur moyen de sauver ces animaux, c’est de sauver les populations qui vivent autour et qui bien souvent sont elles-mêmes menacées car très démunies. Sa démarche est aux antipodes de celle qui consiste à simplement construire des réserves naturelles, et donc à éliminer l’homme du paysage. L’homme fait partie de la nature et il est urgent qu’il apprenne à vivre en harmonie avec celle-ci.

DES FEMMES ET DES HOMMES à l’occasion de La Journée internationale des droits de la femme sur LCP Samedi 5 mars en deuxième partie de soirée
& Mardi 8 mars à 7h et 13h.
A la Télévision Marocaine, Med1TV le mardi 22 mars à 21h35

Yasmina Jaafar

Bande Annonce « DES FEMMES ET DES HOMMES » VF from Le Projet Imagine on Vimeo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *