SYLVIA AMICONE – LCI : UNE JOURNALISTE POSITIVE ET CONCERNEE PAR LA SOLIDARITE ET L’ECONOMIE UTILE

Sylvia Amicone présente la matinale week-end de LCI ainsi que la chronique « Tous acteurs du changement » qui lui a valu le Prix Reporter D’Espoirs en 2014. A l’aube d’une rentrée inédite pour LCI, nous avons voulu la rencontrer.

« Quel est le concept de votre chronique « Tous acteurs du changement » ?

J’ai voulu mettre en avant les entrepreneurs qui ont un impact sur la société et l’environnement. Ce qui est intéressant c’est le projet et le modèle économique d’une entreprise. Ils doivent être viables et reproductibles. C’est important de dénicher des solutions et détecter l’innovation.

Depuis combien de temps existe ce format sur LCI ?

En septembre 2013, nous avions vendu un projet d’émission mais il est vrai que c’était un peu trop tôt. La société ne s’emparait pas de ces sujets comme aujourd’hui. Donc nous l’avons transformé en chronique. J’allais à la rencontre des gens, je les retrouvais sur leur terrain pour mieux comprendre leurs enjeux. Puis en 2015, j’ai compris qu’il y avait réellement matière à poursuivre et forte du prix Reporter d’Espoirs, j’ai proposé que la chronique se fasse en plateau car la matinale s’était étoffée. J’avais moins de temps pour aller me balader. (rire)

LCI s’est habituée à ce discours lié aux nouvelles économies puisque votre chronique est impulsée un peu partout…

tous acteurs

Oui, comme j’avais la matinale du vendredi au dimanche et que j’en avais la rédaction en chef, j’ai voulu, en fonction de l’actualité, inviter les novateurs un peu partout. J’ai reçu par exemple Cyril Dion, ou  Pocheco, une entreprise du nord qui est totalement en économie circulaire… Ils ne sont pas spécialement connus mais ils ont une idée forte et fédératrice.

Justement, il existe une terminologie peu vulgarisée encore d’où peut-être le peu d’intérêt des chaînes. Par exemple que signifie « Economie circulaire ou solidaire » ?

Rien en se perd, rien ne se jette ! On ne peut plus produire comme avant. On réutilise tout. Quant à l’économie sociale et solidaire,  elle est tenue par une loi. Il faut un agrément et ça implique une gouvernance sociale et démocratique, des écarts de salaires qui vont de 1 à 5… mais depuis quelques années je vois que les entrepreneurs ont besoin de sens. L’argent ne suffit plus, ils veulent répondre à des enjeux sociaux d’où l’émergence d’un grand nombre de start-up sociale.

Donc rien en sert de quitter le pays ?

SYLVIA AMICONE

Non ! Ce qui me plaît dans cette aventure, c’est de voir qu’il y a des acteurs qui y croient et qui ne baissent pas les bras. Anne Hidalgo parle beaucoup des « CIVIC TECH » et a indiqué qu’il y en aurait une à Paris (Civic Hall). Il y a la Présidentielle dans un an, les entrepreneurs ont envie de prendre le sujet à bras le corps. C’est vivifiant. Toutes ces actions montrent qu’il y a de l’énergie dans ce pays.

Depuis 2013, il y a eu une évolution des mentalités par rapport à ces différents modèles économiques. Mais LCI semble être la seule chaîne à en parler… pourquoi ?

Je ne vois pas trop ce sujet traité sur les autres chaînes, c’est vrai. BFM Business (et c’est bien normal puisque l’économie fait partie de leur ADN ) s’est lancée depuis un moment sur cette idée mais c’est encore mince sur le reste des diffuseurs.

Que manque-t-il pour que LCI décide d’en faire un programme positif à part entière ?

En fait, nous sommes à la croisée des chemins. On se demande vraiment s’il faut en faire un programme ou alors le mettre sur l’ensemble de la grille. On se plaint souvent que le journalisme est anxiogène alors que nous aurions ici, la possibilité d’avoir un programme positive qui offre des solutions…. Je suis partagée…

Comment se passe les liens avec la nouvelle direction ?

J’y suis depuis 10 ans. J’ai fait du reportage, de la rédaction en chef. Ensuite, j’ai évolué vers le service Eco, le service Etranger… j’étais à différents endroits, là où le besoin se faisait sentir. J’ai appris beaucoup. Enfin, je suis à la présentation de la matinale depuis 5 ans. LCI est une chaîne où l’évolution est possible. La grille de la rentrée est en train d’être bouclée. Nous inventons un tout nouvel LCI, puisque c’est une renaissance.

Quelle est votre audience depuis l’accès à la TNT gratuite ?

On a triplé les audiences ! De 0.2 ,on est passé à 1% le week-end. C’est une très bonne nouvelle, ça veut dire qu’il y avait de l’attente et de la place pour une autre chaîne info. On va mettre beaucoup d’image, de nouveaux visages et une émission sur la diversité.

Yasmina Jaafar

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *