FRANCE TELEVISIONS SE MET A L’HEURE DES FEMMES

Le Président de France Télévision, Rémy Pflimlin et le Président du CSA, Olivier Schrameck   décident de prendre les mesures nécessaires pour développer la présence des femmes sur le service public d’ici fin 2014.

Le 8 juillet dernier (choix de date presque symbolique rappelant fortement le 8 mars), France Télévisions organisait un colloque « En avant toutes » dédié à la place des femmes dans le service public tant à l’antenne que dans l’encadrement. La journée était parrainée par La Grande Michèle Cotta, véritable symbole de la réussite au féminin. Après avoir narré non sans talent sa propre expérience devant une assemblée de professionnels – plutôt féminin – aguerris, c’était au tour du Président du CSA, Olivier Schrameck et le Président de France Télévisions, Rémy Pflimlin d’ouvrir les séances par une allocution enlevée. L’initiative est belle. Il s’agît entre autre de pousser les 18% de femmes expertes invitées sur les plateaux de débats à 30% d’ici à la fin 2014 ! L’ambition généreuse sera accompagnée d’efforts considérables dans l’organisation du temps de travail au sein des rédactions et dans les formations mises en place pour développer les acquis de certaines.

Pour tendre vers une égalité hommes/femmes, le groupe s’associe à l’État pour faire de France Télé une caisse de reconnaissance puis un élément déclencheur de l’évolution des mentalités. La participation active de la Ministre aux Droits des Femmes, Najat Vallaud-Belkacem  accompagnée de la Ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Philippetti montre que le gouvernement prend la pleine mesure de cet engagement à quelques jours de la présentation en conseil des ministres d’un projet de loi « pour l’égalité entre les femmes et les hommes ». Une loi qui « permettra de lutter contre les stéréotypes » et qui, si elle n’est pas respectée, se traduira par des sanctions précises allant de la mise en demeure au retrait de l’antenne des programmes ne soumettant pas assez des femmes « expertes » à l’opinion… « Ce soir ou jamais » de Frédéric Taddei et « C dans l’air » d’Yves Calvi sont donc dans le collimateur de la direction.

« La parole ne doit pas être confisquée. Les hommes ne peuvent pas être les seuls détenteurs du savoir, de la légitimité à la télévision » insiste Najat Vallaud-Belkacem. Les choses vont changer. C’est en tout cas la volonté de France Télévisions et des pouvoirs en place. Est-ce pour le Président Pflimlin une façon élégante de terminer son mandat dans des draps de soie ?  Cela étant dit, même si selon l’étude menée par France Télévisions nous indique que le public ne perçoit pas l’absence des femmes dans la lucarne, il est vrai qu’elles sont presque inexistantes. Elles interviennent en tant que ménagères pendant que les hommes, eux, interviennent en tant que spécialistes.

Vers la fin des stéréotypes

 « J’ai une responsabilité particulière » a annoncé lundi Rémy Pflimplin. Les stéréotypes dégradants et vociférants diffusés dans les programmes de télé-réalité n’auront, selon lui, jamais court sur les antennes du service public. La femme devra s’imposer autrement. Céline Giraud à la tête de Stade 2, créer de nouveaux équilibres salariaux, la mise en place d’un Label de la Diversité ou encore créer de nouveaux équilibres salariaux seront les nouvelles méthodes pour tordre le cou à des stéréotypes tenaces. « Ils sont des éléments de conforts. Ils participent à la discrimination et au sexisme » selon le rapport « Grési« . Brigitte Grési met l’accent sur l’éducation et la jeunesse. « C’est l’intelligence et les compétences qui doivent être jugées. Sans cela, il ne reste qu’une universalisation du personnage masculin« , ce qui mène les femmes à l’auto-censure. Se sentant moins légitimes, elles reculent jusqu’à devenir invisibles. « C’est en améliorant les modes d’éducations que les mentalités parviendront à bouger les lignes« . Il faut savoir que 78% des couvertures de livres jeunesses et que 58% des œuvres animées des plus de 6 ans ont des représentations de héros masculins. La télévision semble faire mieux que l’édition mais c’est loin d’être suffisant. Il s’agit donc d’une volonté forte qui engage France Télévisions mais une volonté d’abord compliquée à mettre en place surtout en période de crise où les identités se crispent.

Hier, Lundi 8 juillet à France Télévision étaient réunis rémy Pflimlin, Najat Vallaud-Belkacem et Aurélie Filippetti
Hier, Lundi 8 juillet à France Télévisions étaient réunis Rémy Pflimlin, Najat Vallaud-Belkacem et Aurélie Filippetti pour le colloque « En avant toutes »

 

Dans les autres pays…

La société The Wit annonce que les autres pays d’Europe et du monde ne sont pas logés à la même enseigne. Les États-Unis sont de fervents adeptes du comptage. Seule façon selon eux d’être binaire et de nous protéger de notre propre subjectivité. Exemple fait dans l’émission culte « Sesame Street« . La Suède donne un rôle social à la télévision public et favorise la diversité par des héroïnes pour enfants comme FIFI Brindacier en place depuis 1945. La BBC quant à elle, propose des programmes jeunesses où l’on peut s’identifier à qui l’on souhaite comme dans le programme « Let’s play« . Le Canada suit cette tendance de a-sexualisation à travers le dessin animé « Zénon, le fermier« , un cochon ni femme, ni homme. Les théories peuvent être poussées à l’extrême, jusqu’à confiner au ridicule. Refuser de nommer les choses  revient à une forme de terrorisme intellectuel et à un-presque mensonge. Une fille reste une fille, un garçon de même. Éduquer n’est pas ne pas dédire… Mais à chacun sa méthode.

Il semblerait que les téléspectateurs trouvent normal que les « experts » soient des hommes. Isabelle Veyrat-Masson, Chercheuse au CNRS précise même qu’à une époque pas si lointaine, « le public pensait que la parole d’une femme faisait perdre la crédibilité du propos« . Ces idées fausses partagées par la société et les médias poussent à lutter contre tous les stéréotypes pour tuer tous défauts de représentativité.

Même si la télévision est le miroir de notre société, elle participe aussi à sa construction. Espérons seulement que ce bel engagement ambitieux soit suivit des faits car il était temps.

Yasmina Jaafar

©TFV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *