HANOUNA, CALVI, BARTHES… LA GUERRE DES ACCESS MAIS QUI INNOVE VRAIMENT ?

Cyril Hanouna, Yann Barthès et Yves Calvi ont tous signé leur première hier. Mais qui l’emporte ?

L’INFO DU VRAI, Calvi impose son esprit !

Yves Calvi ouvre les festivités dès 18h20 sur Canal+. Nous découvrons un homme souriant et debout, vêtu d’une chemise bleue allant très bien avec le décor bleu, le titre à l’apostrophe bleu, la tenue de Ghislaine Ottonheimer bleue, un synthé bleu… On frôle la soirée à thème. Une couleur qui rappelle celle du plateau de « C dans l’air« . A l’issue de cette première très attendue, le message est clair ! A tous ceux qui prédisaient un Grand Journal relooké, Jérôme Bellay, le producteur historique d’Yves Calvi indique avec force que son poulain fera ce qu’il sait faire !

Le JT d’Alice Darfeuille donne le feu vert dès 18h20. 18h26, Yves Calvi présente ces 3 invités Ghislaine Ottonheimer toujours en bleu, Jérôme Sainte Marie et Georges-Marc Benamou. 10 minutes plus tard, le journaliste lance le premier reportage sur la communication d’Emmanuel Macron, le deuxième sera à 18h55 et le dernier à 19h12. Les sujets sont illustrés par un habillage musical parfois Rap, Rock ou Pop… un signe que traduit la volonté de créer un lien entre l’ADN de Canal et les nouveaux occupants de la case/vitrine.

A 19h30, la partie culturelle est co-animée par David Abiker. Cet instant permet l’émotion et la respiration. Pour cette première, Mathieu Amalric et Jeanne Balibar sont reçus pour parler du film « Barbara » en salle demain. Après l’apparition de la nouvelle Miss Météo Camille Lavabre (une première météo moyennement drôle avec en sous titre « C’est la première, soyez indulgent ». Oui, nous le serons mais peu mieux faire) et les Guignols, l’émission se termine par une P3/débat intitulée « 20h, l’évènement« .

La réalisation globale de l’émission est classique. Nous ne sommes pas loin de « C dans l’air« . A ce point proche que Vincent Bolloré affiche ainsi la nouvelle ligne de la chaîne. Elle devra s’éloigner du Canal Plus décalé parfois fou. Une folie douce qui laissait la possibilité d’une irruption violente de mousse à raser collée à des cotillons. Une ambiance heureuse mais qui a fini par lasser pour au final péricliter. Seulement 229 000 personnes ont suivi la dernière du Grand Journal en mars dernier. Une page se tourne. C’est immuable.

L’info du vrai est rediffusé à 22h sur CNews. Logique de Groupe oblige…

TPMP, un renouveau pas si nouveau…

Cyril Hanouna ne sera pas un concurrent d’Yves Calvi. Même si le groupe propose deux programmes à la même heure, ils sont totalement differents. Un live de Rita Ora démarre le programme, Cyril arrive en costume/cravate sous les applaudissements d’un public en furie et en manque.

Le plateau est totalement transformé : table blanche entourée de la même bande plus élégante qu’à l’accoutumée. Deux petits nouveaux sont présents : Dominque Farrugia et Rachid Arhab. Le tout devant un public plus nombreux, la DJette sexy Kelly et une scène… Des séquences connues et nouvelles s’enchaînent mais rien ne montre une réelle nouveauté. Les promesses d’une autre version quasi sérieuse plus basée sur l’analyse média se fait attendre. Même si le ton se veut moins caca-pipi, il est vrai. Le générique devait être nouveau et composé par un des candidats malheureux de The Voice, Vincent Vinel… mais non ! Y’a pas !

A 19h55 ou presque – difficile pour l’animateur volubile de tenir un conducteur… – Camille Combal débarque avec une nouvelle séquence. Une sorte d’émission dans l’émission.

TPMP se termine avec la mini série « Sans mensonge » de Tom Villa et un face à face questions/réponses à l’endroit des chroniqueurs et des invités. En bref, deux heures sous les rires et la bonne humeur. Comme prévu, le ton JT sérieux rempli d’analyses médias est absent mais on passe un bon moment.

QUOTIDIEN, on ne change pas une équipe gagnante.

Yann Barthes l’a annoncé : « Il n’y a pas de nouveauté dans Quotidien. Être leader ne m’intéresse pas. C’est trop de contraintes. » Le ton est donné. Yann Barthès n’a pas l’intention de changer une équipe qui gagne. A part un ou deux visages comme par exemple Julien Bellver, l’équipe est la même.

Cette année fera la part belle aux médias, mais le personnel politique n’aura pas à se plaindre. Les journalistes ont bien l’intention de les suivre, voire les poursuivre pour nous régaler. Deux parties forment Quotidien. Une première partie actualité politique et média avec un Martin Weil affublé de ses célèbres T-shirts et Etienne Carbonnier. Puis, une deuxième plus culturelle. Jamel Debbouze et MC Solaar étaient les premiers invités de cette saison.

En somme, le public a le choix. La concurrence est positive pour les affaires. Cette rentrée access se veut exigeante et fait de réelles propositions. A voir d’ici un mois si Yves Calvi remporte le challenge et si Hanouna saura être… plus sage.

Yasmina Jaafar


Peut-être serez-vous intéressé par :


JAOUI/BACRI : LA PREUVE PAR LE CONT...
AMELLE CHAHBI PREND LA CASQUETTE DE...
LA RUCHE MEDIA A 4 ANS ! PETIT MONT...
FATMA BOUVET DE LA MAISONNEUVE, &qu...

Laissez un commentaire