FREDERIC TADDEI, FRANCE 2 LUI OFFRE UN « SOIR »…

Ce soir (ou jamais) est arrivé sur la deuxième chaîne le vendredi 01 mars 2013. Une case symbolique, 28 ans utilisée par Bernard Pivot « Apostrophe/Bouillon de culture ». Nombreux sont ceux qui ont tenté de prendre le siège mais il s’est avéré éjectable pour Guillaume Durand « Campus », Franz-Olivier Giesbert « Semaine critique ! », ou encore Bruce Toussaint, dernière victime en date avec « Vous trouvez ça normal ? »

12 ans après le départ de illustre Pivot, personne n’a donc réussi à s’assoir durablement à cette place…

Un challenge de taille attend Frédéric Taddeï ! Chasser ce fantôme de la case très exposée du vendredi à 22h30, n’est pas aisé.

Bruno Patino, le tout nouveau super-directeur des programmes de France Télévisions, donne toute sa confiance à l’animateur pour réussir ce pari.

Ce soir (ou jamais) existe depuis septembre 2006 sur l’antenne de France 3. Cette émission culturelle produite par MFP a su durer. Les différents prix que le programme a remporté en 2007 et 2010 en témoignent.

  • Laurier Télévision culture 2010, décerné par le Club Audiovisuel de Paris.

En décembre 2012, le baromètre qualitatif lui donnait 7.9/20 !

taddei photo1©France 2/Prod

A l’heure où France 3 transforme ses soirées, il semble logique que Frédéric Taddeï obtienne une promotion. Les 700 000 téléspectateurs le suivront-ils sur la 2 ? Ou va-t-il en gagner d’autres ? On sait que le public de la chaîne est sensiblement différent de celui de France 3.

Le potentiel découverte peut séduire un public déjà fatigué par d’inlassables changements de grille et une stabilité qui se fait attendre.

L’ambition est belle.

Taddeï semble différent : il laisse la parole s’inscrire. Le temps du zapping et de la télé à la va-vite ne font pas partie de ses manières. Il risque de changer les habitudes de consommation de télévision à cette heure-ci… si ça n’est pas la chaîne qui lui demande de s’adapter aux besoins. Le premier numéro de « Ce soir (ou jamais) » a fédéré 600.000 téléspectateurs soit  4% du public. C’est hélas moins que la moyenne de la case.

Mais transférer cette émission prestigieuse pour en faire ce qui ne marchait pas serait dommage… presque suicidaire.

La transgression, si elle doit être, ne passe pas par le racolage d’invités en promo pour faire le lit de l’audience. Mais comment garder sa particularité – ces invités vus nulle part ailleurs, un ton anticonformiste et un décor poudré propice aux longues conversations – en ouvrant davantage son auditoire ?

L’animateur de « D’Art, D’Art » qui dit n’avoir aucun modèle, a du pain sur la planche. En plus de tenter une révolution, il gardera « les Grands Soirs du Cinéma », le jeudi sur France 3.

Il ne reste plus pour France 2 qu’à croiser les doigts et permettre à « Ce soir (ou jamais) » de belles locomotives en prime pour ne perdre personne en route…

YJ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *