Posts Tagged With 'Canal +'

« POURQUOI NOUS DÉTESTENT-ILS ? » REVIENT CE SOIR SUR PLANÈTE+. ALEXANDRE AMIEL NOUS DIT TOUT !

Déc 10, 2017
"POURQUOI NOUS DÉTESTENT-ILS ?" REVIENT CE SOIR SUR PLANÈTE+. ALEXANDRE AMIEL NOUS DIT TOUT !

Les femmes, les pauvres et les gays sont les sujets des 3 nouveaux documentaires de la série « Pourquoi nous détestent-ils ? » produite par Alexandre Amiel/Caméra Subjective. La producteur et journaliste continue de porter haut et fort une manière de penser. Plus qu’un titre accrocheur, « Pourquoi nous détestent-ils ? » est un argumentaire, un propos qui vise à rassembler les français.
Ce soir en prime sur Planète + et Canal à la demande.

Images et ITW Yasmina Jaafar laruchemedia.com

SOPHIE BENOIT : « LA TELEVISION DE DEMAIN, C’EST AUJOURD’HUI ! LES USAGES ONT CHANGE, ADAPTONS NOUS ! »

Fév 27, 2016
SOPHIE BENOIT : "LA TELEVISION DE DEMAIN, C'EST AUJOURD'HUI ! LES USAGES ONT CHANGE, ADAPTONS NOUS !"

Julien Lepers, Samuel Etienne, Nonce Paolini, France Télévisions, internet, l’avenir des contenus… la télévision est en mutation et doit se questionner. Sophie Benoit, ex-directrice des programmes internet du groupe France Télévisions et aujourd’hui consultante médias, nous dit tout sur la révolution technologique que connait le petit écran en 2016. Comment s’adapter et donner du sens ?

Réponses :

La semaine dernière a connu quelques remous avec notamment le départ de TF1 de Nonce Paolini, puis l’arrivée de Samuel Etienne sur France 3. 

Pensez-vous que le groupe public crie au jeunisme ?

Je ne pense pas que France Télévisions ait pris cette décision à la légère. Il s’agit plus ici d’une volonté de changement et de renouvellement des animateurs et des formats qu’un désir de jeunisme. Les responsables en place se soucient de la satisfaction du public. Le public de Question pour un champion ne demande pas à avoir un animateur durant 30 ans et de vieillir avec lui. Le grand défaut en télé est de penser à la place du téléspectateur. Plus encore aujourd’hui qu’hier, le public âgé a besoin de changement. Il possède un véritable pouvoir d’achat, surf sur le net, voyage et fait vivre la modernité. Donc oui, on peut aussi remplacer Julien Lepers. Ça n’est pas une question de jeunisme, Thierry Ardisson, peut revenir demain sur le service public, Claire Chazal et Anne Sinclair, qui ne sont manifestement pas de jeunes débutantes, viennent d’arriver sur FTV!

En effet, mais que dire de la méthode employée par la direction de France 3 ? Est-ce la bonne ?

Evidemment, Il y a peut-être un problème de méthode. Fallait-il entrer dans les détails, révéler son salaire ou les verbatim d’études, sans doute pas. Mais, vous savez, beaucoup d’animateurs sont tournés vers eux-mêmes et soucieux de leur carrière. Ils ont tendance à  prendre l’éviction personnellement et n’arrivent pas à prendre du recul pour analyser la démarche des chaînes.

Ne trouvez-vous pas étonnant ce soutien dont a bénéficié Julien Lepers de la part de ses confrères ? 

Oui, c’est vrai que dans cette histoire certains se sont manifestés en sa faveur. Qu’il soit soutenu par d’autres animateurs – qui auraient, eux-mêmes, peur que la chose leur arrive aussi-, très bien, mais que lui s’épanche toute la journée pour dire « On me laisse tomber » plutôt que « Je suis triste pour le public », est un problème. Donc

ALEXANDRE AMIEL DEMONTE LES IDEES RECUES DANS LA SERIE DOCUMENTAIRE « C’ETAIT MIEUX AVANT ? » SUR PLANETE +

Jan 15, 2016
ALEXANDRE AMIEL DEMONTE LES IDEES RECUES DANS LA SERIE DOCUMENTAIRE "C'ETAIT MIEUX AVANT ?" SUR PLANETE +

Alexandre Amiel propose une série documentaire sur Planéte+ « C’était mieux avant ? ». L’interrogation a toute son importance puisque le producteur et patron de Caméra Subjective démonte toutes les idées reçues selon lesquelles il faisait bon vivre en France avant. L’ambiance décliniste et parfois réac que notre pays subit en 2016 ne dit rien de positif sur une ancienne époque. Le pays connaissait son lot de malheurs et de péripéties. L’entretien qui suit permet d’en savoir plus sur les motivations d’Alexandre Amiel :

Rencontre :

Qu’est-ce qui vous a donné envie de créer « C’était mieux avant ? »

En fait avec Benjamin Carle, qui nous avions fait « Made In France« , on aime bien s’interroger sur les injonctions des politiques et des leaders d’opinions. Pour « Made in France« , on nous demandait de consommer made in France. On a essayé de voir si c’était possible, pour « C’était mieux avant ? « , on a essayé de savoir, comme nous le disent un certain nombre d’intellectuels plutôt réac, si c’était vraiment mieux avant.

Comment choisissez-vous vos thèmes ?

Avec Christine Cauquelin et Delia Baldeschi, les patronnes de Planete+, on a cherché à traiter des grandes questions de société sans jamais les enfermer dans des dossiers rébarbatifs. En essayant de faire en sorte qu’ils racontent La Société Française et son évolution depuis 50 ans. C’est comme cela qu’on a choisi : la politique, la Famille, les libertés , l’immigration, La France dans le monde, le sexe, l’école et l’emploi qui sera diffusé ce dimanche 17 Janvier à 21h sur Planete+. (Tous ces documentaires sont disponibles sur la plateforme de replay de Planete+ sur Canalsat)

LE GRAND JOURNAL : ALORS, C’ETAIT COMMENT ?

Sep 07, 2015
LE GRAND JOURNAL : ALORS, C'ETAIT COMMENT ?

Le Grand Journal était plus qu’attendu. C’est le programme de la rentrée. Lifté et presque inédit, nous l’avons regardé. Mais Maïténa Biraben suffira-t-elle a sauver le programme ?

18h50, un générique tout neuf, un Paris de nuit et Maïténa Biraben reçoit debout sous une vague d’applaudissements. Cette première existe mais il va falloir insister pour « être » vraiment. La saison entière est là pour imposer la nouvelle formule. Flab Production est le nouveau détenteur de l’une des cases horaires les plus prisées du PAF et ce avec un budget revu à la baisse alors que le programme vitrine de la chaîne cryptée coûtait près de 120 000 euros par jour l’an passé.

Principe…

Maïténa Biraben annonce en ouverture « un Grand Journal 3ème époque ». Accompagnée de 3 chroniqueurs et du journaliste Victor Robert en charge du JT et… de la météo, l’ex-animatrice du Supplément, accueille Le Premier Ministre chaleureusement. Manuel Valls a le droit à un premier long entretien de 10 minutes sur le sujet épineux des réfugiés (et non des migrants) puis d’un second de 8 minutes. L’invité politique est sommé de rester tout au long de l’émission. Il joue le jeu, s’intéresse aux chroniques, et est interrogé par « la bande ».