Posts Tagged With 'Laurence Lascary'

LES JOURNEES DES JEUNES PRODUCTEURS INDEPENDANTS SERONT LE 1er ET 2 JUIN 2016.

Posted by yasmina in ACTU, CINEMA, FEATURED, NEWS, TELEVISION No Comments »
Mai 24, 2016
LES JOURNEES DES JEUNES PRODUCTEURS INDEPENDANTS SERONT LE 1er ET 2 JUIN 2016.

Les Journées des Jeunes Producteurs Indépendants se dérouleront le 1er et 2 juin 2016. Que nous réserve cette 6ème éditions ? Quels sont les nouveaux enjeux du 7ème art et de la communication ? Toutes les réponses avec Patience Priso, Responsable du développement et des partenariats de la FJPI.

Rencontre :

Pouvez-vous nous rappeler le principe de la Journée des Jeunes Producteurs indépendants ?

Le concept de la Journée des Jeunes Producteurs indépendants est de mettre en relation de jeunes producteurs talentueux indépendantes avec des décideurs du cinéma, de la fiction et du web, mais également des investisseurs, dans l’objectif de vendre leur projet.

Le concept est né en 2011 de l’expérience de jeune productrice de Laurence Lascary et de Caroline Decroix (experte en communication événementielle) qui ont ainsi  créé ce marché/tremplin permettant des speedmeeting entre producteurs et décideurs du cinéma, de l’audiovisuel et du web.

Quelles seront vos nouveautés ?

PATIENCE PRISO – QUAND TOUT EST MIS EN OEUVRE POUR QUE LES DIFFUSEURS RENCONTENT LES PRODUCTEURS : 5 EME JOURNEE DES PROUDCTEURS INDEPENDANTS LE 2 juin 2015.

Mai 26, 2015
PATIENCE PRISO - QUAND TOUT EST MIS EN OEUVRE POUR QUE LES DIFFUSEURS RENCONTENT LES PRODUCTEURS : 5 EME JOURNEE DES PROUDCTEURS INDEPENDANTS LE 2 juin 2015.

Patience Priso est productrice (Goodstuff prod), réalisatrice mais aussi Déléguée Générale de la Fédération des Jeunes Producteurs Indépendants dirigée par Laurence Lascary. Le 2 juin 2015 se tient, à Aubervilliers, la 5 ème Journée des Jeunes Producteurs Indépendants (JJPI). Occasion toute trouvée pour en savoir plus sur cet évènement qui vise à mettre en relation les diffuseurs et les jeunes producteurs.

Explication :  

Comment est née cette aventure ?

En 2011, j’étais en transition entre mon ancienne société et la création de la nouvelle. Je suis tombée sur La journée des Jeunes Producteurs Indépendants et j’ai tout de suite aimé le concept crée par Laurence Lascary, en collaboration avec Caroline Decroix. Cet événement répondait parfaitement à mes attentes de jeune productrice/entrepreneur, en mal de réseau ! J’étais d’abord participante puis dès l’année suivante j’ai pris un stand pour pitcher mes projets à des décideurs. L’expérience et les rencontres humaines et professionnelles furent si positives que les sociétés participantes ont décidé de se solidariser et la Fédération des Jeunes Producteurs Indépendants est née. Je suis très attachée à cette initiative collaborative ; c’est une aventure enrichissante à l’état d’esprit positif et actif.

Qu’attendez-vous de cette 5 ème édition ?

Pour cette édition, nous fêtons nos 5 ans, l’occasion de faire le bilan sur les l’évolution du secteur sur nos thématiques de prédilection. L’édito de Laurence Lascary et les thèmes de cette année donnent le ton. Nous attendons une forte présence/mobilisation des décideurs (diffuseurs, producteurs influents) pour acheter des projets, initier des collaborations et surtout de l’action. Nous espérons une écoute sur nos propositions car notre choix de producteurs est une solution à une diversité culturelle incarnée.

Les décideurs ont beaucoup à apprendre de nous, notre vision sur les questions de vivre ensemble. Le changement s’opère à l’origine, dans le nerf de la guerre : l ‘écriture et la production et ensuite la bonne décision (par le bon décideur). Nous avons l’ambition d’éduquer le décideur pour créer ensemble des programmes qui dépassent la réalité et propose une vision d’avenir de ce que pourrait être la France de demain. 

LAURENCE LASCARY RECUE PAR FRANCOIS HOLLANDE : UNE AMBITION A TOUTE EPREUVE, UNE PRODUCTRICE DE DEFIS

Posted by yasmina in CINEMA, FEATURED, TELEVISION No Comments »
Juin 17, 2013
LAURENCE LASCARY RECUE PAR FRANCOIS HOLLANDE : UNE AMBITION A TOUTE EPREUVE, UNE PRODUCTRICE DE DEFIS

Laurence Lascary vient d’être reçue par le président François Hollande dans le cadre d’une réflexion sur les banlieues. Cette jeune productrice est la fondatrice de DACP – De l’autre côté du périph. Sa société au nom bien trouvé et évocateur créait des programmes pour la télévision, le web et le cinéma. Le 20 juin 2013, Laurence Lascary sera à Aubervilliers pour la 3ème édition de la Journée des Jeunes Producteurs Indépendants (JJPI) qu’elle a décidé de mettre sur pieds en 2010. Une volonté forte de rassembler les différents acteurs de l’audiovisuel autour de deux journées de rencontres propices aux développements de projets. Une façon concrète de peser sur les décisions des décideurs. Un évènement professionnel à suivre de près.

Par Yasmina Jaafar / Photos : Patience Priso

Comment est né DACP ?

Au départ, je suis juste une jeune fille qui rêve de bosser dans les médias mais qui choisit finalement des études « conventionnelles » pour assurer son avenir ! Je passe un DUT techniques de commercialisation puis un mastère en science de gestion, tout en bossant chez France Télécom. Je poursuis à la Sorbonne et à l’INA un mastère en marketing et distribution dans l’industrie audiovisuelle. Mon premier (vrai) job, c’est à  Studio Canal où j’apprends la vente de films à l’international pendant 2 ans. La plus belle des opportunités a été d’aller à New York pendant 1 an, en 2007. Je travaillais pour Unifrance où j’organisais des déjeuners de presse et événements professionnels. Et le déclic est venu à ce moment : si, à New York, sans réseau, j’arrive à en construire un en moins de six mois, pourquoi ne le ferais-je pas dans mon pays ? Je suis rentrée et j’ai monté DACP en 2008. Mais si j’ai un message à passer, c’est qu’ici ou aux USA, c’est très difficile d’entreprendre. Il faut être déterminé et prendre des coups avec souplesses. Les barrières sont nombreuses. Il faut en être conscient.

Pourquoi ne pas avoir crée aux USA ? N’est ce pas plus facile de réussir là-bas dans un capitalisme assumé…?

Aux États-Unis, c’est vrai que tout parait plus simple… À New York les gens sont prêts à agir tout le temps, toutes les personnes que j’ai croisées avaient un projet. Si on veut réussir, on trouve les outils pour y arriver. Mais c’est dans mon pays que j’avais envie de créer et de faire évoluer les choses. DACP produit des programmes avec des populations sous-représentées à l’écran.