LES ATTENTATS OU LE TRAITEMENT MEDIATIQUE : QUI FAIT QUOI ET COMMENT ?

Retour sur le traitement médiatique des attentats du 13 novembre 2015… Se souvenir sans céder au sensationnalisme.

img_3738-1Par Karim Skarna

Dans moins d’une semaine maintenant, la France s’apprêtera à commémorer les attentats du 13 novembre 2015, qui ont profondément heurté la population et qui marqueront à jamais notre mémoire collective.  Cette commémoration s’accompagne, de facto, d’un traitement médiatique, qui à première vue, peut paraître dérangeant pour certains et nécessaire pour d’autres. De ce fait, une lourde tâche incombe aux chaînes, dans la mesure où elles doivent trouver le bon angle pour aborder ce sujet en informant les téléspectateurs, tout en respectant la mémoire des victimes et ainsi éviter l’écueil de surfer sur un sujet douloureux dans le but de céder aux sirènes de l’audimat. Toutefois, force est de constater que jusqu’à présent, ce sujet a été abordé avec beaucoup de précaution et de respect, dans la mesure où pas moins de six émissions ont traité ce thème ou s’apprête à le faire dans les prochains jours.focus

C8 ouvrait la voie mercredi 26 octobre avec la diffusion de sa série de magazine d’information FOCUS présentée par Guy Lagache avec pour titre Bataclan : les 200 minutes qui ont bouleversé la France.

L’émission proposait de revenir sur cette nuit d’horreur qui a vu la capitale crouler sous une série d’attentats dans différents lieux, dont le Bataclan, mythique salle de concert, qui recevait ce soir là le groupe de hard rock Eagle of Death Metal. Malgré un thème lourd à aborder et des blessures encore bien présentes, le reportage réussit habilement à relater le déroulement de cette tragédie, sans tomber dans le sensationnalisme et décrit de manière chronologique les faits de la prise d’otage  en décryptant clairement, à l’aide de reconstitutions et de témoignages, le déroulement des faits. Et c’est précisément ces témoignages qui donnent un intérêt à ce reportage, car sans être putassier ou indécent, les victimes reviennent sur ce drame qu’elles ont traversé avec beaucoup d’humilité et d’émotions. C’est notamment le cas de Didi, le chef de la sécurité du Bataclan, qui  a sauvé ce soir là, des centaines personnes au péril de sa vie, en ouvrant les deux issues de secours sous le feu des balles des terroristes, permettant ainsi à des centaines de personnes de s’échapper.

bataclan

Mais ce reportage est surtout intéressant dans sa dimension informative, dans la mesure où il décrit, à la manière d’une enquête policière, avec beaucoup de précisions et avec un pragmatisme glaçant l’intervention des forces de police et des premiers secours, ainsi que le chaos qui  régnait ce soir là. En effet, on apprend notamment que les policiers ont mis plusieurs minutes avant de décider d’intervenir, tandis que les militaires présents sur les lieux ont reçu expressément l’ordre de ne pas intervenir. Mais le plus scandaleux réside dans le manque de coordination entre la police et le personnel médical, car ces derniers se sont vu refuser l’accès à la zone du Bataclan, retardant ainsi considérablement les premiers secours qui auraient dû être prodigués aux victimes.

De plus, on apprend également dans le reportage, que cette salle de concert a fait l’objet de nombreuses menaces sans toutefois bénéficier d’aucune protection particulière, comme l’affirme de nombreux experts en terrorisme qui pointent les manquements et dysfonctionnement de la justice dans cette affaire.

En ce qui concerne les autres chaînes, le traitement est quelque peu différent. Tout d’abord TF1, dans son émission Grands Reportages, diffusé dimanche 6 novembre à 13h30, s’est davantage intéressé aux rescapés et aux familles des victimes, en mettant l’accent sur la difficile phase de reconstruction qu’elles rencontrent et des répercussions psychologiques dans leur vie quotidienne.

Le même jour, M6 avec Enquêtes Exclusives s’est intéressé aux parcours des terroristes.

logo tfv

Quant à France Télévisions, elle consacrera tout d’abord deux émissions le mardi 8 novembre, dont un numéro spécial de Cellule de crise  sur France 2 à 20h55 présenté par David Pujadas intitulé « 13 novembre quand la France vacille » suivi d’un reportage à 23h « Le 13 novembre, vivre avec » qui suivra le quotidien de 5 survivants après ce drame. Le 13 novembre, toujours sur France 2 à 23h20, sera diffusé un documentaire réalisé par Philippe Manœuvre sur l’histoire du Bataclan. Enfin le 14 novembre à 20h55, France 3 présentera un autre documentaire « Attentats, les urgences en première ligne » qui se concentrera sur l’action des médecins, urgentistes et infirmiers durant cette nuit.

En somme, ces reportages abordent tous avec des cheminements différents une tragédie qui affectera pour longtemps toute une génération, celle que l’on surnomme désormais « la génération Bataclan« , tout en faisant l’effort de respecter la mémoire et la dignité des victimes et qui surtout nous font prendre conscience que face à l’horreur et au fanatisme, nous ne serons jamais totalement préparer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *