Antonio Lizana et la rencontre du Jazz et du Flamenco

Par
Yasmina Jaafar
19 octobre 2023

Saxophoniste, chanteur et auteur-compositeur, Antonio Lizana mêle le Jazz et Flamenco. Le mariage de ces deux genres musicaux offre une saveur particulière et fait de l'artiste - qui sera ce soir 19 octobre au Bal Blomet à 20h - une figure novatrice et moderne. Né dans le sud de l'Espagne, il nous dit tout sur ces motivations artistiques, ses influences et sur l'évolution politique de son pays.

Rencontre :

Que signifie "VISHUDDHA ", le nom de votre cinquième album et quelle en est la portée à vos yeux ?

Vishuddha, se traduit par « pureté », et c'est ainsi qu'on appelle le cinquième chakra dans la tradition hindoue. La symbolique de ce chakra est très belle : il s’agit de faire ressortir notre propre voix, sans crainte, afin d'exprimer au monde notre conception de la beauté. Pour l’album, ce fut très inspirant d'essayer d'appliquer ce concept en termes musicaux et personnels, d'essayer d’exprimer quelque chose qui ressemble le plus possible à la musique qui résonne en moi.

Mêler le jazz et le flamenco n'est pas chose courante. Qu'est-ce qui a motivé cette création ? Votre environnement familial ? Vos parcours ? Vos influences ?

Cela s'est produit naturellement dans ma vie. J'ai grandi dans un endroit où perdure une profonde tradition flamenco. Sans m'en rendre compte, lorsque j'étais adolescent, j'avais déjà mémorisé un grand nombre de chants traditionnels de mon pays, avec leurs rythmes et leurs particularités. Ensuite je suis parti étudier le jazz, je l'ai fait en profondeur, j'ai passé des années à retranscrire les solos de mes artistes préférés, à jouer des standards et à apprendre le répertoire. Le moment de fusion est venu lorsque j’ai décidé de me lancer dans la l’écriture de chansons jazz, vers à la fin de mes études. A cette époque, j'essayais de composer des thèmes de "jazz" mais les rythmes et des mélodies flamenco surgissaient naturellement, alors j’ai décidé de ne pas forcer les choses 😉 et de joindre les 2. J’ai commencé à voir qu’il y avait là quelque chose qui me plaisait ; Cela me connectait à ma terre, et en même temps, il y avait des parties de solos et des mélodies raffinées où je pouvais appliquer ce que j'avais appris au cours de mes années à l'école de jazz. La formule était là en quelque sorte.

Le Jazz est une terre d'improvisation. Quelle différence y a-t-il avec le Flamenco et le mariage a-t-il été difficile ?

Dans les deux musiques, il y a de l'improvisation. La différence est que dans le flamenco traditionnel on joue aussi avec la structure, et, une fois le « palo » * établi, on peut rajouter, étirer, enlever des paroles ou des phrases musicales en fonction de ce que l'on ressent à tel moment. Le jazz est circulaire d’une certaine manière, la forme reste la même et on va improviser sur les accords du thème. Pour ma part, connaissant les deux traditions, il est naturel de passer d'un moment "jazz" à un moment "flamenco". (Mais finalement, au moment du jeu ou de l’écriture on ne pense pas à ces concepts, il n'y a plus de différence entre l'un et l'autre. Il s'agit de choisir des mélodies qui disent quelque chose.)

*Palos : différents rythmes et formes sous jaspantes au flamenco. Le style en compte une cinquantaine au total.

Vous commencez à vous faire connaître en France. Que représente ce pays artistiquement pour vous ?

Je profite pleinement de ce moment d’ouverture en France. Je rencontre beaucoup d'artistes très talentueux ici et je vois aussi à quel point le public français apprécie ce que nous faisons. Je pense que c’est grâce au grand tissu jazz de ce pays, et en même temps, de la proximité du flamenco. Même s'il n'est pas originaire d'ici, les gens le sentent proche.

L'Espagne connaît une avancée de L'extrême droite. Et on connaît l'intérêt minime de ces partis populistes pour la culture. Craignez-vous que la liberté des artistes en soit entachée ?

L’avancée de ces partis politiques me fait peur, et oui, je pense que cela pourrait affecter la scène artistique s’ils prenaient plus de pouvoir. Mais je dois avouer aussi que j’ai peur de la censure en général, car tout le monde a le droit à la parole. Je pense que c’est important de dire ce que l’on pense. De mon côté j’essaie de me positionner dans mes chansons et dans ma vie, de résister contre les idées de ces partis.

Dates TOURNÉE DE PRÉSENTATION VISHUDA 

19/10 Le Bal Blomet, Paris (FR) Le Bal Blomet - 33 rue Blomet, ce soir à 20h .

21/10 Vitoria (SP)

26/10 Brussels (BE)

28/10 Izegem (BE)

09/11 Juan-les-Pins (FR)

08/11 Villeneuve / Lot (FR)

09/11 Juan-les-Pins (FR)

17/11 Sarlat (FR)

18/11 Saint-Céré (FR)

19/11 Venezia (IT)

01/02 Tournefeuille (FR)

02/02 Scène Nationale de Bourges (FR)

08/02 Île d'Oléron (FR)

09 + 10/02 Pau (FR) (Antonio Lizana 5tet + Chano Dominguez)

11/02 Eauze (FR)

17/03 Théâtre des franciscains Béziers (FR)

06/04 Digne-les-Bains (FR)

Du même auteur...

Mais aussi...

LA RUCHE MEDIA
40 rue des Blancs Manteaux
75004 Paris
Contact
Yasmina Jaafar
Productrice, journaliste, fondatrice du site laruchemedia.com et de la société de production LA RUCHE MEDIA Prod, j'ai une tendresse particulière pour la liberté et l'esprit critique. 

Et puisque la liberté n’est possible que s’il y a accès à l’instruction, il faut du temps, des instants et de la nuance pour accéder à ce savoir.
magnifiercrossmenu linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram