LE VILLAGE DES DAMNES : QUAND LA FICTION D’HIER PARLE DE LA JEUNESSE D’AUJOURD’HUI

21 Oct 2017
LE VILLAGE DES DAMNES : QUAND LA FICTION D'HIER PARLE DE LA JEUNESSE D'AUJOURD'HUI

TMC Cinéma diffusait il y a 48h le célèbre film « Le Village des Damnés ». Bertrand Naivin, Philosophe des médias et Membre du #ClubDeLaRucheMédia propose une analyse comparative des attitudes de consommation des médias et des RS d’une jeunesse de plus en plus « accro au conformisme ».

Par Bertrand Naivin

Vendredi 20 octobre, la chaîne TCM cinéma rediffuse le chef d’œuvre du cinéaste américain John Carpenter Le Village des damnés réalisé en 1995. Remake d’une version anglaise réalisée en 1960 par Wolf Rilla, elle-même adaptation filmique d’un roman de John Wyndham (Les Coucous de Midwich), ce film raconte l’histoire d’un village américain dont les habitants tombent soudain dans un profond sommeil durant plusieurs heures. Toutes les femmes de cette petite communauté donneront ensuite mystérieusement naissance à des enfants très spéciaux. Tous semblablement blonds aux yeux bleus, et tous dépourvus de la moindre sensibilité et doués de télépathie.

À sa sortie, on put alors interpréter ce film comme une évocation des politiques eugénistes mises en place aux États Unis et en Allemagne dans la première moitié du  XXeme siècle.

Mais ce long-métrage se révèle aujourd’hui également d’une étonnante et improbable actualité. Ces clones juvéniles font en effet étrangement penser aux jeunes de nos sociétés 2.0. Comme eux, ils sont accros au conformisme.

MARLENE SCHIAPPA VUE PAR LISA OMARA/CORIOLINK/#CLUBDELARUCHEMEDIA

16 Oct 2017
MARLENE SCHIAPPA VUE PAR LISA OMARA/CORIOLINK/#CLUBDELARUCHEMEDIA

Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, est une femme politique différente. Elle casse les codes par un style appuyé et une parole assumée. Mais qui est-elle ? Quelle est sa stratégie de communication ?

Décryptage de Lisa Omara, consultante communication chez CorioLink en partenariat avec laruchemedia.com et Membre du#ClubDeLaRucheMedia

Éditorial : Lisa Omara/Yasmina Jaafar

Habillage : Yasmina Jaafar

ONPC OU LA SOCIÉTÉ DU BAVARDAGE PAR BERTRAND NAIVIN

07 Oct 2017
ONPC OU LA SOCIÉTÉ DU BAVARDAGE PAR BERTRAND NAIVIN

Laurent Ruquier devrait s’exprimer ce soir dans ONPC concernant l’échange/polémique qui a agité la semaine. Bertrand Naivin, philosophe des médias et membre du #ClubDeLaRucheMedia, propose une réflexion coup de poing sur les faits. Nous avons affaire selon lui à une société du bavardage.

Explication :

Par Bertrand Naivin

Dans Le trésor des humbles publié en 1896, Maurice Maeterlinck écrit :

« Nous ne parlons qu’aux heures où nous ne vivons pas, dans les moments où nous ne voulons pas apercevoir nos frères et où nous nous sentons à une grande distance de la réalité. Et dès que nous parlons, quelque chose nous prévient que des portes divines se ferment quelque part. (…)L’instinct des vérités surhumaines que nous possédons tous nous avertit qu’il est dangereux de se taire avec quelqu’un que l’on désire ne pas connaître ».

Cette dernière phrase est d’autant plus éclairante si l’on considère cette nuance qui y est faite, soit cet autre que l’on « désire ne pas connaître » et non « que l’on ne désire pas connaître. Cette construction négative dit alors tout de cette peur du silence qui est ô combien la nôtre aujourd’hui. Nous ne souffrons ainsi pas d’un manque de désir de l’autre. Nous nous pétrifions d’un désir de couvrir cet autre de nous-mêmes. Nous souffrons d’une dictature de l’« avis » qui nous empêche de nous taire pour écouter celui de l’autre… Nous sommes ainsi dans une culture de la non-écoute, d’un autre-que-soi que l’on recouvre de notre propre bavardage.

TRIBUNE DES JEUNES CENTRISTES « POUR UNE MODERNISATION DE LA RÉPUBLIQUE, DE LA DÉMOCRATIE ET DE LA VIE POLITIQUE »

27 Sep 2017
TRIBUNE DES JEUNES CENTRISTES « POUR UNE MODERNISATION DE LA RÉPUBLIQUE, DE LA DÉMOCRATIE ET DE LA VIE POLITIQUE »

TRIBUNE DES JEUNES CENTRISTES

« POUR UNE MODERNISATION DE LA REPUBLIQUE,

DE LA DEMOCRATIE ET DE LA VIE POLITIQUE »

Benoît Cuturello, Président des Jeunes Centristes

Ariane Delamarre, Secrétaire-Générale des Jeunes Centristes

Et l’ensemble du Bureau National des Jeunes Centristes

 

« Dans les démocraties, chaque génération est un peuple nouveau », Alexis de Tocqueville.

Aujourd’hui, les Français aspirent à une nouvelle vie politique connectée à la réalité et répondant à leurs attentes. Ils espèrent aussi une sincérité et du courage non seulement dans le discours mais surtout dans l’action politique. A l’occasion des dernières élections présidentielles et législatives 2017, ils ont envoyé un message fort qui traduit leur volonté de renverser la table ; les deux partis traditionnels étaient absents du second tour des présidentielles pour la première fois dans l’histoire de la Vème République ; de même, dans de nombreuses circonscriptions lors des législatives, les électeurs n’ont pas hésité à bouleverser les votes traditionnels opérant ainsi un renouvellement sans précédent du Parlement.

Cette situation inédite constitue un défi passionnant pour l’ensemble des acteurs de la vie politique française. Si les grilles de lecture des partis politiques sont en train de se modifier en profondeur, les Jeunes Centristes ne croient cependant pas à leur disparition. Ces mouvements de pensées sont inhérents à la démocratie moderne et au débat public. Leur crise ne doit pas être synonyme de disparition. Ils se doivent de garantir la pluralité démocratique, et de structurer des valeurs clairement identifiables qui peuvent se traduire un jour par des politiques publiques.

NETFLIX OU LA FICTION FRANCAISE PLEBISCITEE : POURQUOI ?

25 Sep 2017
NETFLIX OU LA FICTION FRANCAISE PLEBISCITEE : POURQUOI ?

Quadras, Dix pour Cent, Le Bureau des Légendes… La série française connaît des jours heureux. Bertrand Naivin , membre #ClubDeLaRucheMedia et philosophe des médias nous propose un début d’explication…

Par Bertrand Naivin

Sur le site de vidéos à la demande Netflix, la série française Dix pour Cent est de retour avec une deuxième saison qui reprend les mêmes protagonistes et le même pitch : la vie d’une agence d’acteurs de cinéma qui y jouent de fait leur propre personne. On se souvient de films français comme Les Acteurs de Bertrand Blier (2000) ou Le Bal des Actrices de Maïwenn (2007) qui avaient déjà utilisé le même dispositif. Les stars ne jouent pas un personnage mais elles-mêmes, dans un renversement qui fait que ce qui est à l’écran est plutôt un « derrière-l’écran » en montrant leur « réalité ». L’envers du décor cinématographique en quelque sorte.