« GUERNICA » DE PICASSO, L’HISTOIRE CACHÉE…

14 Avr 2018
"GUERNICA" DE PICASSO, L'HISTOIRE CACHÉE...

« Guernica » fête, cette année, son 81e anniversaire. Depuis le 27 mars dernier, une grande exposition autour de l’œuvre se tient au Musée Picasso situé dans le quartier du Marais à Paris. Le tableau du peintre espagnol reste encore, pour de nombreux artistes, une source d’inspiration. C’est surtout une œuvre emblématique, l’œuvre qui dénonce le mieux l’absurdité de la guerre. On croyait tout savoir sur «  Guernica » et sur l’artiste, mais non, on vient d’apprendre de nouvelles révélations.

Par Dounia Tengour, Hispaniste, Chercheuse Sorbonne-Nouvelle

Guernica, c’est d’abord le bombardement d’une petite ville basque effectué le 26 avril 1937 par plusieurs escadrilles de la Légion Condor de l’aviation allemande, venues prêter main-forte aux troupes nationalistes dirigées par le général Franco. Après avoir lâché leurs bombes incendiaires, les avions de la mort laissent derrière eux une ville en ruine dévorée par les flammes et des milliers de cadavres gisants sur un sol calciné.

BRUNO BONNELL : L’ÉCOUTE SELON LE DÉPUTÉ LaREM DU RHÔNE

13 Avr 2018
BRUNO BONNELL : L'ÉCOUTE SELON LE DÉPUTÉ LaREM DU RHÔNE

Bruno Bonnell, député LaREM et entrepreneur, nous donne sa définition de l’écoute. Comment #Écouter en politique ? Est-ce la même écoute lorsque l’on est patron ? Comment se faire entendre ? Réponse laruchemedia.com :

Propos recueillis par Yasmina Jaafar – Montage : Bertrand Naivin

CAROLINE MECARY NOUS PARLE DE L’ÉCOUTE DANS LE MÉTIER D’AVOCAT

21 Mar 2018
CAROLINE MECARY NOUS PARLE DE L’ÉCOUTE DANS LE MÉTIER D'AVOCAT

L’avocate Caroline Mécary est une femme décidée, très loin de la langue de bois. Nous l’avons rencontrée pour avoir sa définition de l’#écoute dans une société de plus en plus gangrénée par l’opinion, le bruit et le clash.

Propos recueillis par Yasmina Jaafar. Montage Bertrand Naivin – Laruchemedia.com

SALON DU LIVRE 2018 : L’ANNÉE DE TOUTES LES POLÉMIQUES…

21 Mar 2018
SALON DU LIVRE 2018 : L'ANNÉE DE TOUTES LES POLÉMIQUES...

Le salon du livre vient de fermer ses portes. Coincé cette année entre les heurts diplomatiques France-Russie. Dounia Tengour chercheuse à la Sorbonne-Nouvelle et membre du #ClubDeLaRucheMedia s’y est rendue pour Laruchemedia.com. Avis de notre envoyée spéciale :

Dounia Tengour

Quelques semaines avant l’inauguration du Salon du Livre de Paris 2018, une polémique autour de l’absence de rémunération des auteurs invités avait fait naître des pluies de hashtag #PayeTonAuteur sur les réseaux sociaux. Les auteurs avaient fini par obtenir gain de cause. Mais les couacs de cette édition ne s’arrêtent pas là. Une toute autre polémique, loin du monde littéraire, s’est invitée au programme.

Inaugurée jeudi dernier par le président Emmanuel Macron, la dernière édition du Salon du Livre aura été marquée par le boycott du Pavillon Russe, pays invité d’honneur.

LA FORME DE L’EAU OU LA FIGURE DU MONSTRE : RETOUR LA STAR DES OSCAR

06 Mar 2018
LA FORME DE L'EAU OU LA FIGURE DU MONSTRE : RETOUR LA STAR DES OSCAR

La forme de l’eau et de… l’autre. Le cinéma américain aime mettre en scène des figures monstrueuses. Un monstre qui nous pousse à la tolérance. Les artistes US semblent vouloir là imposer une image en complete contradiction avec le locataire de la maison blanche. Bertrand Naivin, théoricien des médias et membre du #ClubDeLaRucheMedia décrypte le film de Guillermo del Toro multi oscarisé.

 Par Bertrand Naivin

Traditionnellement, le monstre est ce qui déroge à l’unité, à l’ordre, à la mesure et donc à la norme. C’est ainsi que dans la Bible, le Leviathan, ce serpent qui vit dans l’eau et crache du feu représente le Chaos primordial que réussira à terrasser Dieu, grand ordonnateur du Monde qui assigna une place et une nature fixes à chaque créature. C’est ainsi également que Zeus organisera lui aussi ce Monde en envoyant les Titans dans le Tartare. Une mythologie grecque dont les Métamorphoses nous content des hommes et des femmes qui quittent leur nature et leur assignation humaine pour devenir végétal, animal ou minéral.

Pour cette raison, le monstre a toujours effrayé parce qu’il plaçait l’homme face à ce qui menaçait sa raison et les normes sur lesquelles il avait construit sa propre humanité et les bases de la société. Le monstre n’a alors cessé de peupler les mythes et les contes, définissant en négatif l’ « humain ».