Posts Tagged With 'médias'

MATHIEU GALLET, LE CSA ET… L’INDEPENDANCE FACTICE DU SERVICE PUBLIC

Fév 05, 2018
MATHIEU GALLET, LE CSA ET... L'INDEPENDANCE FACTICE DU SERVICE PUBLIC

Mathieu Gallet vient d’être démis de ses fonctions. Il était le patron de la radio publique. C’est une décision historique. Le CSA a-t-il montré ici son indépendance ? Existe-elle vraiment ? Le timing indique que le service public va au devant de quelques remous. On sait pourtant que la stabilité est essentielle dans ce secteur. La réforme voulue par le Président Macron va elle aussi participé a un ralentissement général. Laruchemedia.com va suivre cette épopée de près. #LaChroniqueHumeur

  Yasmina Jaafar #HUMEUR

ÉCOUTER EN POLITIQUE SELON… FRANCIS DELATTRE

Fév 01, 2018
ÉCOUTER EN POLITIQUE SELON... FRANCIS DELATTRE

La série « Écouter » propose de donner la parole à tous mais aussi et surtout à ceux que l’on écoute peu ou pas suffisamment. Dans un monde d’images piégé par le buzz, la petite phrase, le bon mot… la rédaction de laruchemedia.com s’est demandée ce que voulait dire « écouter l’autre ». Nous démarrons cette collection d’entretiens avec l’ancien maire Francis Delattre. Il nous explique ce que l’écoute signifie au sein de son activité.

Image et habillage : Bertrand Naivin

JOHNNY HALLYDAY : LES MÉDIAS ONT-ILS EU RAISON DE LE COMPARER A VICTOR HUGO ?

Déc 19, 2017
JOHNNY HALLYDAY : LES MÉDIAS ONT-ILS EU RAISON DE LE COMPARER A VICTOR HUGO ?

Johnny Hallyday n’est plus ! L’émotion a été prégnante et les médias étaient au rendez-vous. Il y a le temps du sentiment et le temps de la réflexion… Alors une fois le deuil passé, pouvons-nous revenir sur un Nom ? Celui de Victor Hugo ? Les médias ont-ils eu raison de faire une telle comparaison ? Emballement ou objectivité ? Bertrand Naivin, membre du #ClubDeLaRucheMedia et philosophe des médias, apporte une réponse :

Bertrand Naivin

Samedi 9 décembre 2017, la dépouille de Johnny Hallyday descendit les Champs Élysées dans un corbillard vitré, cortège que le manager de la star voulut le plus proche possible des milliers de fans venus pour rendre un dernier hommage à leur idole. Au terme de cette procession qu’accompagnèrent de leurs vrombissements plus de 700 bikers réunis pour l’occasion, le corps de l’artiste fut déposé à La Madeleine pour une cérémonie religieuse au cours de laquelle le président de la République Emmanuel Macron s’exprima pour célébrer cette vedette nationale qui eut droit le 6 décembre à une standing ovation des membres de l’Assemblée Nationale après que son président, François de Rugy ait proclamé d’un ton solennel : « nous avons tous en nous quelque chose de Johnny Hallyday ». La mort du chanteur se révèle être ainsi un événement, au point qu’une pétition postée sur le site www.change.org demanda à l’Élysée de le faire entrer au Panthéon.

LE VILLAGE DES DAMNES : QUAND LA FICTION D’HIER PARLE DE LA JEUNESSE D’AUJOURD’HUI

Oct 21, 2017
LE VILLAGE DES DAMNES : QUAND LA FICTION D'HIER PARLE DE LA JEUNESSE D'AUJOURD'HUI

TMC Cinéma diffusait il y a 48h le célèbre film « Le Village des Damnés ». Bertrand Naivin, Philosophe des médias et Membre du #ClubDeLaRucheMédia propose une analyse comparative des attitudes de consommation des médias et des RS d’une jeunesse de plus en plus « accro au conformisme ».

Par Bertrand Naivin

Vendredi 20 octobre, la chaîne TCM cinéma rediffuse le chef d’œuvre du cinéaste américain John Carpenter Le Village des damnés réalisé en 1995. Remake d’une version anglaise réalisée en 1960 par Wolf Rilla, elle-même adaptation filmique d’un roman de John Wyndham (Les Coucous de Midwich), ce film raconte l’histoire d’un village américain dont les habitants tombent soudain dans un profond sommeil durant plusieurs heures. Toutes les femmes de cette petite communauté donneront ensuite mystérieusement naissance à des enfants très spéciaux. Tous semblablement blonds aux yeux bleus, et tous dépourvus de la moindre sensibilité et doués de télépathie.

À sa sortie, on put alors interpréter ce film comme une évocation des politiques eugénistes mises en place aux États Unis et en Allemagne dans la première moitié du  XXeme siècle.

Mais ce long-métrage se révèle aujourd’hui également d’une étonnante et improbable actualité. Ces clones juvéniles font en effet étrangement penser aux jeunes de nos sociétés 2.0. Comme eux, ils sont accros au conformisme.

VIRGINIE LAROUSSE, REDACTRICE EN CHEF DU « MONDE DES RELIGIONS » NOUS PARLE AVEC VIGUEUR DE L’ISLAM EN FRANCE

Jan 22, 2015
VIRGINIE LAROUSSE, REDACTRICE EN CHEF DU "MONDE DES RELIGIONS" NOUS PARLE AVEC VIGUEUR DE L'ISLAM EN FRANCE

Virginie Larousse et la rédaction du Monde des religions aident à comprendre l’actualité et les idées religieuses. A l’heure où la France connaît des troubles inédits, nous avons voulu rencontrer la Rédactrice en chef du bimestriel. Le rôle des journalistes, les mots employés par l’exécutif ou encore les engagements à tenir… Entretien sans masque :

Les journalistes ont-ils une responsabilité citoyenne voire d’éducation ?

Bien sûr. La parole des journalistes bénéficiant d’une forte exposition dans la société, il est évident qu’ils contribuent, de la même manière que les penseurs ou les écrivains, à distiller certaines idées. Cela est d’autant plus vrai qu’à notre époque, il existe une certaine « starisation » des journalistes ; ce qu’ils disent est souvent pris au pied de la lettre. Il est de ce fait indispensable pour les journalistes de s’inscrire dans une démarche déontologique, la première des exigences étant de se baser sur des faits concrets, sur des chiffres vérifiés, sur des textes précis pour appuyer leurs propos. Rigueur et objectivité, selon moi, sont indispensables, même si l’objectivité totale est bien sûr une utopie. Malheureusement, de nos jours, certains journalistes se comportent comme des propagandistes qui, sous couvert d’information, diffusent des stéréotypes qui peuvent s’avérer très clivants dans nos sociétés en crise.

Comment intégrez-vous l’Islam dans Le Monde des religions ? Votre manière de lutter contre toute stigmatisation ?

Le Monde des religions est un magazine qui aborde le fait religieux de manière non confessionnelle et laïque. De ce fait, notre approche de l’islam est exactement la même que celle des autres religions. Nous sommes une équipe de journalistes spécialisés, et nous faisons également appel à des universitaires ou à des penseurs spécialistes des traditions religieuses. Notre « credo » est le suivant : « Connaître les religions pour comprendre le monde« . Force est de constater, en effet, que même dans une société comme la nôtre, qui se veut laïque et sécularisée, la religion – les religions – explique certains de nos comportements ou mentalités, et suscite encore de nombreux débats ou problèmes de société. Nous souhaitons, en permettant de faire découvrir la richesse de ces traditions religieuses, leur évolution historique, leurs textes et les grands personnages qui les ont façonnées, aider au dialogue entre les cultures et entre les êtres humains. En un mot, contribuer au vivre-ensemble.

Bien sûr, il ne s’agit pas, pour nous, de tomber dans l’angélisme et de verser dans la langue de bois. Nous proposons une approche critique du fait religieux (notre numéro actuel est d’ailleurs consacré à l’histoire du fanatisme religieux), et nous n’hésitons pas, lorsque cela est nécessaire, à porter une parole engagée.